On démonte, le ridicule petit opercule de bois qui ferme la gueule du four et on tire le sable avec tous les outils dont on dispose : la truelle, le râcle et le balais à four (Voir chapitre : Les outils du boulanger), le râteau posé sur son dos (pour ne pas déchirer la bâche qui se trouve sous le sable), la binette plate du jardinier d’à côté, etc.

Lorsqu’apparaissent les pierres posées sur le pied de l’axe de rotation du gabarit, on les retire. Lorsqu’enfin le pied lui-même semble libéré de sa gangue de sable, il suffit de retirer l’axe de rotation du gabarit (totalement ou juste assez pour libérer le pied) et prendre son pied.

Il peut arriver que des petits bouts des bandes de plastique de la couche démoulante restent prisonniers dans la voûte d’argile. Tant pis ! Ils brûleront avec les premiers feux !