Schéma des outils auprès du four

outils

Le râcle

Il sert à tirer les cendres et les braises en fin de feu, éventuellement à répartir les braises sur la sole pendant le feu. Il y en avait un, très lourd, dans la maison, abandonné par ses anciens propriétaires. On peut en confectionner un en fixant une planche de bois sur une binette ou un râteau. Il faut un manche long ! Il faudra aussi de pas oublier de mouiller et remouiller la planche de bois avant chaque utilisation.

Le balais

Il sert à balayer les cendres et les braises restantes qui n’ont pas été retirées par le râcle. Pour éviter que les fibres de coco ne brûlent au contact de la sole chaude, on le trempe dans un bac d’eau avant de l’introduire dans le four.

Un balais de coco (1€ en supermarché ! Il vaut mieux que le « corps de ballet » soit en bois et pas en plastique : S’il est trop arrondi sur le dessus, on peut toujours le dresser au rabot) ; une planchette de 27 x 8, munie d’un trou de 3.5cm pour laisser passer le moyeu en plastique du balais et d’une lumière destinée à recevoir le manche d’une longueur suffisante pour qu’il déborde d’un bon mètre lorsque le balais est au fond du four(Cette lumière aura une largeur égale au diamètre du manche, sans jeu : 2cm si c’est, comme je l’ai choisi, un tube d’armature de tente de camping à l’ancienne) ; deux vis de 4x35, une plaquette métallique pour consolider l’assemblage entre la planchette et le balais ; deux bouts de tige filetée de 6 munies d’écrous et de rondelles plates et étoilées pour serrer l’assemblage entre le manche et la planchette..

L’écové

Une alternative au balais mouillé pour nettoyer la sole en fin de feu.

Cet outil, comme le râcle, possède un nom par région (Ecouvet, écouvillon. Etc.)

C’est une simple serpillière assujettie à l’extrémité d’un long manche de bois. Une ficelle entre les deux sera bien utile pour éviter que la serpillière ne se noue autour de l’extrémité du manche. Il faut un sacré coup de main pour faire tourner la serpillière comme un lasso et balayer toute la surface de la sole !

La pelle à enfourner

C’est si facile à fabriquer ! Lorsqu’elle est brûlée, on la remplace ! Un tasseau de 2m50 bien droit et sans nœuds, section 35 x 35, pour le manche. On le laisse au carré dans sa partie où il viendra s’encastrer dans la pelle et on l’arrondit sur tout le reste de sa longueur. Une planche d’épicéa, de pin du nord ou des landes, de hêtre, de tilleul si on en a les moyens. Dimensions 80 x 20 x 2.7. On la rabote soigneusement. On l’affine au rabot du côté du "bord d’attaque". On lui fait une entaille pour recevoir le manche. On assemble le tout avec deux tiges filetées de 6 munies de rondelles plates et étoilées et d’écrous. Après assemblage on arase l’excédent d’épaisseur du manche. On ponce tout ça au papier de verre fin et c’est fait !

On peut aussi faire des pelles rondes pour les tartes et les grosses miches, des pelles carrées, ellipsoïdales, triangulaires, etc.

Surtout, ne pas utiliser de contre plaqué comme je l'ai vu suggérer sur Internet ! Jusqu'à plus ample informé, les CP contiennent des colles urée-formol ou phénol-formol instables à la chaleur et toxiques.

Les meilleures pelles du commerce, les plus belles, les moins chères, le catalogue le plus riche se trouvent sur le site :
www.societe-barbier.com.